• Les Porteurs de Lumière

    Les Porteurs de Lumière

     

    Une question a été postée sur le forum d'AKA Games à propos des légendaires Porteurs de Lumière. Cet article tente d'apporter quelques éléments de réponses, en s'appuyant principalement sur 4 références : le Livre de Base, Fort Chardon – Le Courroux du Gardien, Howling of Damned Gods (non traduit pour le moment) et La Chasse Sauvage.

    En fin d'article, je vous invite à explorer quelques pistes de synopsis sur ce thème. Gloire à Prios !

     

     

     

    Le Porteur de Lumière

    Leur nom est une référence directe au titre du saint ouvrage de Prios, Le Porteur de Lumière (Lightbringer).

    Ce Livre Saint a été écrit par le prêtre du soleil Abramar. Peu de temps après la mort du roi Ynédar, dix ans après le début de la Grande Guerre, le prêtre Abramar a une Révélation. En rêve, il est visité par son dieu. Si Abramar est persuadé d'avoir été visité par le Dieu du Soleil, ce dernier utilise un de ses anciens noms pour le nommer : Prios.

    Prios signifie le Premier, le Plus Haut, l'Unique. Abramar s'attache dans son livre à décrire la nature de Prios et a exposé les lois du soleil. De nos jours, tous les Théurges disposent d'un exemplaire de ce livre saint, dont ils s'inspirent pour leur prêche quotidien durant la messe, qui a lieu à chaque coucher de soleil.

    (Source : Howling of Damned Gods, page 35)

     

    Le Porteur de Lumière n'est pas le seul épithète accolé au Dieu-Soleil. Il est également appelé l'Ordonnateur des Lois (Lawbringer), depuis qu'il a accédé au statut privilégié de Dieu Unique.

    Une tendance réformatrice, au sein de l'Eglise de Prios, a pris l'habitude de l'appeler par un autre ancien épithète, le Pourvoyeur de Vie (Lifebringer).

     

    Les histoires des différents Porteurs de Lumières sont connus par la population, grâce aux contes et sagas narrés par les bardes et les poètes du Royaume. Les Porteurs de Lumière ont en commun d'être des Héros de la Grande Guerre, dont le sacrifice ultime a permis l'avènement du Triomphe et de la Victoire contre les Sombres Seigneurs.

    Au départ, les premiers Porteurs de Lumière sont certainement des guerriers mytiques morts en martyr durant la guerre. Depuis, il est sans doute courant, à la mort d'un ancien Héros de la Grande Guerre, qu'il soit béatifié par le Premier Père et accède ainsi à l'éternité avec le titre de Porteur de Lumière, comme ce fut le cas il y a douze ans pour le Templier Agani.

     

    Les Martyrs de la Grande Guerre

    Les bardes et les poètes du Royaume d'Ambria ont fortement participé à la popularité de ces martyrs, à travers nombres de sagas et histoires relatant leurs exploits miraculeux et guerriers.

    Leurs histoires mettent en avant les haut-faits de ces guerriers mystiques, dont le courage et la valeur ont permis de délivrer la Reine Korinthia. Leur exemple donne du coeur à l'ouvrage à l'ensemble de la population et la pousse à travailler toujours davantage pour la Gloire de Prios et le rayonnement de leur nouveau Royaume.

    Les épreuves de la Grande Guerre et toutes ses horreurs sont encore dans la mémoire des anciens, qui, si ils ont survécu, ont tous vu mourir et renaître sous forme de mort-vivant des membres de leur régiment.

    Il n'est pas aisé de ne pas se laisser mourir de désespoir et de chagrin, lorsque son pays est envahi par des hordes armées à la solde de démoniaques Sombres Seigneurs. Encore moins lorsqu'au bout de dix longues années de guerre, le bon Roi Ynédar meurt en pleine bataille et que sa fille de douze ans monte sur le Trône d'Albérétor. Et que dire lorsque cette dernière, huit ans plus tard, est faite prisonnière ?

    À la Révélation d'Abramar succéda la Révélation reçue par la Reine Korinthia, à la suite de laquelle elle déclara le culte de Prios comme seul culte autorisé. La ferveur de l'ensemble des croyants devant aller à ce dieu mourant, le seul capable de combattre et venir à bout de la Nuit Eternelle, qui s'était abattue sur l'Albérétor.

    Faire accepter Prios comme Dieu Unique n'est pas allé de soir dans un pays profondément polythéiste depuis ses origines. Un certain nombre de fidèles d'autres cultes sont partis s'exiler loin dans l'ouest, d'autres ont franchi les Titans bien avant la fin de la guerre, partis fondés de nouvelles colonies où ils pourraient vivre leur foi librement, comme à Terrelande (Earthmoor) ou Jakaar.

    Le premier ayant reçu le nom de Porteur de Lumière est très certainement le bon Roi Ynédar, particulièrement apprécié et aimé des Albériens. Ces Porteurs de Lumière et l'aura dont ils disposaient tous de leur vivant, a permis de mieux faire accepter l'hégémonie de la nouvelle Eglise de Prios.

    Sans doute pour continuer d'asseoir son autorité et plus encore pour ranimer la foi en la victoire et la liberté au sein d'un peuple meurtri, l’Église de Prios, très certainement par la volonté de son Premier Père et l'acceptation par les membres de la Curie, a décerné le titre de Porteur de Lumière à ses plus valeureux soldats s'étant sacrifiés pour réussir leur mission sacrée.

    À une exception près, cette sainte distinction a toujours été remise à titre posthume. Le nombre total de Porteurs de Lumière est inconnu. Il est facile d'imaginer, qu'il a été attribué au moins 12 fois, puisque le nom de 12 d'entre-eux a remplacé celui des Jeunes Dieux dans le nouveau calendrier, pour dénommer les 12 mois de l'année.

    (Note : Yndaros – The Darkest Star, le troisième tome de la campagne du Trône d'Epines, devrait nous apprendre plus sur ce calendrier... patience pour les francophones, l'éditeur français AKA Games à annoncer sa sortie au printemps 2019, à la suite de l'actuelle précommande participative).

     

    Les Porteurs de Lumière connus

    Ynédar Kohinoor

    L'ancien roi d'Albérétor et père de l'actuelle reine d'Ambria Korinthia est mort héroïquement au cours d'une bataille de la Grande Guerre, en 10 avant le Triomphe.

    Avec l'avènement de Prios et de son Église, Ynédar est sans doute le premier à avoir reçu cette marque distinctive, pour honorer son sacrifice et sa mémoire et participer à la propagande.

    Ynédar, désormais, est le nom du premier mois de l'année, le mois du Solstice d’Été, et a éclipsé celui de la déesse Terre-Mère utilisé jusqu'alors.

     

    Ofelya Attio

    Ofelya, de l'illustre grande maison noble Attio, était une Théurge ou une Templière de Prios. Elle est célèbre pour avoir manier son puissant marteau de guerre, crépitant de la lumière de Prios. Elle maîtrisait parfaitement le Pouvoir mystique Marteau de sorcière.

    Ofelya a participé à l'assaut contre la forteresse des Sombres Seigneurs, qui marqua la fin de la guerre et l'anéantissement des Sombres Seigneurs, tous officiellement morts lors de cette dernière grande bataille.

    Sur le seuil de la forteresse ennemie, où était retenue captive depuis deux ans la Reine Korinthia, Ofelya aurait déclaré: « C'est par le feu que le feu sera combattu et par les ténèbres que les ténèbres seront vaincue ! ». Cette phrase, peut-être apocryphe, fait très certainement référence à « la menace de Corruption qui pèse sur chaque fidèle de Prios » et le pousse à « conserver l'éclat de sa flamme intérieure malgré le risque de contamination ».

    Son nom a été donné au septième mois de l'année, celui du Solstice d'Hiver et anciennement consacré au Bourreau, dont le mois correspondait au premier de l'année dans l'ancien calendrier.

    (Sources : Livre de Base et Howling of Damned Gods)

     

    Eberon Ambra & Illoena Karras

    Peu d'information, hormis leur nom, est à notre disposition concernant ces deux Porteurs de Lumière. Ils disposent chacun d'une statue à leur effigie de part et d'autre des portes principales du Temple de Prios à Fort Chardon.

    Les deux sont morts en héros durant la Grande Guerre ; pour autant, nous n'avons pas plus d'information sur leurs exploits et les circonstances de leur disparition.

    (Source : Fort Chardon – Courroux du Gardien, page 114)

     

    Leandro Salamos

    Leandro était certainement un prêtre du soleil converti par Abramar, suite à sa Révélation. Leandro est supposé avoir convaincu le roi Ynédar de la suprématie de Prios.

    Il serait mort plus tard dans des tempêtes d'acide invoquées par les Sombres Seigneurs.

    (Source : Fort Chardon – Courroux du Gardien, page 123)

     

    Déséba l'Ancienne 

    Les Porteurs de LumièreLa Mère Déséba est une exception. Elle est la seule et unique personne à s'être vu attribuer le titre de Porteuse de Lumière de son vivant.

    À la fin de la Grande Guerre, après la délivrance de la Reine Korinthia, Déséba l'Ancienne l'a soigné miraculeusement de ses graves blessures, qui l'ont sans doute défigurée, ainsi que le Manteau Noir Déméon Soleij, connu sous le nom de Jécibégaï depuis qu'il a reçu la charge de Premier Père de l’Église de Prios.

    Déséba servait déjà Prios avant la Grande Guerre. Humble, elle continue de se présenter comme une simple Théurge et fidèle servante de Prios.

    Déséba est soupçonné par le Premier Théurge de Fort Chardon, le Père Elféno, de ne pas être loyale envers le Premier Père. Néanmoins, elle conserve pour l'instant toute la confiance de Jécibégaï.

    La Mère Déséba se sent très proche des thèses développées par l'Apostat Servola, qui réside également à Fort Chardon et œuvre auprès des défavorisés au sein de sa Mission. Pour eux, Prios est une divinité parmi d'autres, aimante, compatissante et pacifique.

    Déséba l'Ancienne a pris ses quartiers sous le dôme cuivré qui surplombe le bâtiment principal du temple de Prios à Fort Chardon. Certainement peut-elle ici garder un œil protecteur sur Servola.

    (Source : Fort Chardon – Courroux du Gardien, pages 45, 116 et 117)

     

    Agani

    Il est très brièvement décrit comme un Templier légendaire, dont la lumière intérieure et le marteau enflammé transpercèrent les lignes ennemies et pourfendirent le Sombre Seigneur Malak.

    Agani aurait disparu au cours d'une mission sacrée en Davokar en l'An 8. Présumé mort par l'Eglise, celle-ci n'aurait alors pas tarder à l'élever au statut de Porteur de Lumière, ses haut-faits depuis longtemps chantés par les bardes en ayant déjà fait un héros légendaire et populaire depuis la guerre.

    (Source : La Chasse Sauvage, page 12)

     

    Pour la Gloire de Prios !

    Ces quelques noms sont les seuls que j'ai pu trouvé au fil de mes lectures. Tous, sauf une, ont en commun d'être tombés en combattant. Beaucoup étaient également déjà membres de l'Eglise de Prios, comme Théurge ou Templier principalement. Héros tombés en martyr, leur souvenir permet d'entretenir la flamme de Prios dans le cœur du peuple, de lui procurer un sentiment de sécurité grâce à leurs exploits extraordinaires, de lui faire oublier les horreurs de la Mort Grise ayant rendu infertiles leurs sols et relevé leurs morts.

    Leurs louanges hagiographiques sont chantés lors des soirées et des nombreuses fêtes, qui ont cours tout au long de l'année en Ambria. Elles donnent du cœur à l'ouvrage à la population dans son dur labeur quotidien, pour la Gloire de Prios le Dieu Mourant et le rayonnement de leur nouveau Royaume.

     

    Quelques pistes à explorer

    1. Un prophète est sorti de Davokar et prêche une nouvelle vision du Dieu-Soleil, qu'il nomme Lyssa. Ses paroles de tolérance pourraient faire du tord au discours strict et impitoyable mis en place par la Curie. Pire, les premiers témoins disent qu'il aurait les traits du Porteur de Lumière Aani. La Curie doit absolument savoir de quoi il retourne. La nouvelle d'un Porteur de Lumière revenu  la vie serait excellente, mais si ce dernier a une vision du Dieu Mourant proche de celle de l'Apostat Servola, cela serait du plus mauvais effet que de devoir l'accuser d'hérétisme. La Curie décide d'envoyer une équipe à sa rencontre. Et si le Premier Père, Iakobo Vearra ou même un groupe d'ultras de Prios décidait d'éliminer ce Prophète, quand bien même il s'agisse d'Agani ? Ou bien de son côté la Mère Déséba, en proie à un mauvais présage, pourrait engager une équipe pour protéger ce Prophète et lui assurer d'arriver sain et sauf jusqu'à elle à Fort Chardon. Pour qui travaillerons vos PJ ?

    2. Ariama Attio est une nièce de la Porteuse de Lumière Ofelya Attio, dont elle connait toute la vie, tous les exploits. De passage sur les terres familiales en Yndarien, un personnage privilégié pourrait se voir inviter à dîner à sa table. Au cours de cette veillée, les PJ auront alors l'occasion de s'entendre narrer ses exploits... et, pourquoi pas, de les revivre ! Le temps d'une aventure, faites leurs jouer les compagnons de route de la Templière Ofelya Attio, dans l'une de ses épiques aventures.

    3. Odaklès Oralak, héros vieillissant de la Grande Guerre, est depuis longtemps pressenti pour être le prochain Porteur de Lumière béatifié par l’Église. Mais lorsque les membres de la Curie apprennent qu'Odaklès Oralak est mort assassiné, la nouvelle jette un froid dans l'assemblée. Nul possibilité de le béatifier si son assassin court toujours. Les PJ, dont la réputation de bons limiers est parvenue jusqu'au ecclésiastes, sont chargés de découvrir, qui est l'auteur de ce crime. Très vite, les trois principaux suspects leur apparaitront, les propres enfants d'Odaklès ! Mais lequel est responsable de sa mort ? Teoban, Théurge aspirant à s'élever dans la hiérarchie ecclésiastique ? Korand, l'aîné, dont les vues sur la gestion des terres différaient grandement de celles de son père ? Karamila, la benjamine, dont personne n'a jamais compris pourquoi elle vouait une telle haine à son illustre géniteur ?

    4. Déséba l'Ancienne a pris pour habitude de s'en venir visiter les villages et les hameaux d'Ambria, dispenser son amour de Prios et usant de ses pouvoirs thaumaturgiques, pour alléger les souffrances du bas peuple. C'est ainsi qu'un soir, dans une auberge, les PJ se retrouvent en sa compagnie. Mais la nuit même, Déséba est victime d'une tentative d'assassinat. Qui peut bien en vouloir à la valeureuse Porteuse de Lumière ? Certainement un chef de culte hérétique ? Ou bien les Elfes de Davokar, l'assassin n'était-il pas un changelin ? À moins que certains ecclésiastes aient décidé d'aller contre la volonté du Premier Père en remédiant de façon définitive à son influence hérétique ?

    5. La Troupe du Jour Se Lève a posé son théâtre dans un petit village, où se trouvent les PJ. Elle joue le soir même une pièce narrant les périples de Leandro Salamos. Les comédiens sont excellents, le public est subjugué. Au dernier acte a lieu l'affrontement entre Leandro Salamos et un Sombre Seigneur plus vrai que nature. Lorsqu'une tempête d'acide vient s'engouffrer autour du comédien interprétant Leandor, ce dernier s'écroule au sol sous une pluie d'applaudissement. Le rideau se ferme sur la scène et contrairement à la tradition, ne s'ouvre pas malgré les encouragements du public. Le comédien au sol est véritablement mort. Au même instant, le directeur découvre le comédien interprétant le Sombre Seigneur mort égorgé dans sa roulotte. Et si le Sombre Seigneur sur scène était un véritable conjurateur, ayant décidé de se jouer de l'aura accordée aux Porteurs de Lumière. Quoi qu'il en soit, les autorités du village et de l'Eglise ne l'entendent pas de cette manière et accusent le directeur d'être responsable de cette situation. Ce dernier demande aux PJ de l'aider à prouver son innocence et celle des membres de sa Troupe, qui risque au bout d'un inéquitable mauvais procès en sorcellerie de finir sur un bûcher pour hérétisme.
    6. Gideon Stralonda est un Templier, qui s'est illustré durant la libération de la Reine Korinthia, lorsqu'il s'est sacrifié pour permettre la fuite de la Reine. Gideon serait mort peu de temps après, empalé et projeté au fond d'un cul de basse-fosse. Quelle surprise pour l'un des PJ, lorsqu'il apparait sous forme de Saint Patron, à la suite de la réalisation du Rituel du même nom. Contrairemen aux autres Saints, Gideon réclame le droit à obtenir une véritable sépulture. Sa Persuasion exceptionnelle risque de ne pas laisser beaucoup de choix au ritualiste ! Les PJ sont quittes pour un tour au sud des Titans, dans les terres nécrosées et stériles surplombées par la forteresse des Sombres Seigneurs. Un paysage sinistre, où seule rôde désormais la Mort Grise...

     


    Illustration : Martin Grip / Järnringen

    Peinture : détail du tableau La Porte du Mont du Temple de Gustav Bauernfeind

     

     

     

     

     

     

     

     

    « Cartographie & ExplorationRollformulär ! Fiche de perso en format A3 »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    3
    Trencavel81
    Jeudi 22 Mars 2018 à 20:01

    Et un article de qualité supplémentaire sur ce blog symbaroumesque. Merci pour ce travail qui va aider le MJ que je suis à enrichir encore son univers de jeu.

    2
    zedouarf
    Mardi 13 Mars 2018 à 20:04

    Super article et super boulot, bravo

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :