• Mythes & Légendes : le Lac Volgoma

    Nouvelle Créature : Zina Okkazak

    Cet article est une invitation à un voyage lacustre, sur les flots scintillants du Lac Volgoma. Visible sur toutes les cartes existantes d'Ambria, de Davokar et peut-être même du Continent, le seul autre lac d'une telle importance se situant dans l'ancien Royaume de Lyastra, sur les bords duquel a été fondée leur capitale, Bright Haven (Havre de Lumière) .

    L'idée première de cet article est venue d'une illustration d'Edward Scott, dont vous pouvez apercevoir un détail juste au-dessus. Pour les lecteurs de ce blog qui ne le connaissent pas, Edward Scott est également le graphiste qui a permis la réalisation de la Feuille de Personnage "Davokar" au format A3, qui s'inspire de la feuille de personnage originale et a été pensé pour accompagner les PJ dans leurs aventures et leur développement personnel. Pour rappel, une version éditable en ligne, disponible également en six langues, est disponible sur son site Nightloader.

     

    Le Lac Volgoma

    Le Volgoma est tout à la fois une formidable zone de pêche pour les Barbares des environs, mais également une zone facilitant les échanges et le commerce entre les différents clans riverains.

    Zarek, Baïaga, Odaïova sont les trois principaux clans possédant des villages (temporaires ou non) sur les berges du Lac, depuis la disparition du clan Jézora. Chacun dispose de nombreuses légendes et mythes relatif à ce lac et aux créatures le peuplant.

    Parmi toutes ces histoires, certaines semblent parler d'une créature identique, particulière et rare, bien que des noms et des origines différentes lui aient été donné au fil des âges par les différents clans.

    Cette créature aquatique, qui semblent au minimum civilisée, n'a quasiment jamais été aperçu par des Ambriens. Néanmoins, grâce aux travaux entrepris par Maître Loreanda du Chapitre de Kurun, alors élève du Maître de Chapitre Argoï, de nombreuses notes et témoignages ont pu être rapporté. Malgré tout, la nature exacte de cette créature, si elle existe bien, n'a pas encore été élucidée.

    Marlyng

    Marlyng est le nom donné par Loreanda à cette créature et celui utilisé par les Baïagas. Ce nom, qui signifie Bruyère-de-Mer fait référence aux cheveux d'algues et aux lichens recouvrant en partie la peau de ces créatures.

    Pour les Baïagas, les Marlyngs sont une espèce cousine et amphibienne des Hommes-Bêtes, qu'ils nomment Bestiaals. Ce sont des créatures humanoïdes de la tête aux cuisses, qui se divisent chacune en de multiples tentacules semblables à celles d'un poulpe géant.

    Les Marlyngs seraient arrivés selon une légende baïague depuis la grande Mer Intérieure, située à l'ouest du continent, en remontant le fleuve jusqu'au Lac Volgoma, peu avant la chute de Symbar et fuyant un danger inconnu.

    Krakaana, dernière reine des Marlyngs

    Pour le clan Baïaga, les Marlyngs avaient fondé une cité sous-marine dans les profondeurs du Volgoma. Il y a cinq ans, lorsque les hordes d'Angathal Taar le Roi-Araignée se déversèrent sur les territoires des clans, la Reine des Marlyngs, Krakaana, aurait fait alliance avec ce dernier, afin de combattre à leur côté Humains et Elfes.

    Cette alliance ne porta chance ni à son peuple, ni à leur reine, qui aurait péri au cours d'une bataille avalée par Manaud, une divinité barbare ayant l'allure d'un gigantesque Crapaud Royal, dix à vingt fois plus gros que le squelette du crapaud se trouvant sur la place du même nom à Fort Chardon.

    Depuis cette époque, il est clair pour les Baïagas qu'il n'existe plus aucun survivant de ce peuple sous les eaux du Volgoma. Leur avis n'est pourtant pas partagé par les autres clans lacustres, qui pratiquent bien plus fréquemment qu'eux des activités de pêche et maritimes.

     

    Evadna, Déesse Gardienne du Lac Volgoma

    Le clan Zarek a très tôt mis à profit les facilités offertes par le Lac, que ce soit pour ses ressources halieutiques ou comme route de commerce pour les échanges inter-claniques. Les pêcheurs et les marins de ce clan louent une divinité amphibienne mi-femme, mi-pieuvre, qu'ils nomment Evadna.

    Avant chaque départ sur le Lac, les marins louent cette divinité et la comblent d'offrandes, généralement des colliers de fleurs sauvages tressés par leur mère ou épouse. Depuis quelques années, cette tradition semble se transmettre également aux marins ambriens habitués du Lac. Ces derniers, plus enclins à suivre les préceptes du Marin, plutôt que l'Ordonnateur des Lois, ont, semble-t-il, rajouté Evadna à leur panthéon personnel, lorsqu'ils naviguent sur ses eaux.

    Les marins zareks respectent la Gardienne, les pêcheurs prennent soins de ne pas trop prélever de ressources dans les eaux du Lac et tous craignent ses colères terribles. Elle serait capable de faire déchaîner les pires tempêtes, de couvrir le ciel d'une noirceur zébrée d'éclairs et de provoquer des vagues hautes de plusieurs mètres, capables d'engloutir n'importe quel esquif et même des bateaux de plus gros tonnage.

    Certains mythes zareks laissent entendre qu'elle serait également la Gardienne de la Vie sauvage et amphibienne du Lac et ainsi capable d'appeler à elle de puissants et gigantesques monstres marins des profondeurs.

    Pour les Zareks, il ne fait aucun doute que cette divinité du Lac existe réellement et nombreux sont les marins et les pêcheurs jurant l'avoir rencontré et avoir été secouru par elle, en échange d'un dernier sacrifice. L'extrait suivant est issu du livre de bord du bateau de commerce Le Félan, commandé par le capitaine ambrien Tamlonas.

    Nous venions de dépasser la colonie de Dua-Ostua située sur une île à l'embouchure de l'Eblis, lorsque nous avons été surpris par le mauvais grain, qui s'est abattu d'un coup sur nous. Un violent coup de vent avait arraché notre voile et les courants commençaient à nous entrainer au large. Le ciel obscurcit était strié d'éclairs et les coups de tonnerre faisait monté la pression au sein de l'équipage. Bientôt les vagues s'abattant sur le navire atteignaient plus de 5 mètres de hauteur et menaçait chaque fois de nous faire sombrer, aussi facilement qu'un esquif.

    Si au lendemain de cet événement, qui faillit emporté notre navire et tout son équipage, je suis capable de coucher sur ce livre le récit de cet tempête, c'est grâce au courage et au sacrifice de l'un des matelots, Ared le Zarek.

    Depuis la poupe où je maintenais la barre, essayant de garder un cap qui nous éloignerait des récifs signalés peu avant par notre vigie, je vis Ared se diriger vers la proue du navire. Réussissant à se maintenir sur le pont en s'enroulant des cordes autour de ses jambes, il commença à réciter à pleins poumons une longue litanie, une prière propre à sa culture barbare. Levant les mains vers le ciel, il semblait implorer les forces de la tempête d'épargner notre entreprise.

    Au bout de quelques minutes, l'une de ses mains a sorti de l'intérieur de sa veste de cuir bouilli une plaque de céramique, qu'il leva haut au-dessus de sa tête, avant de la briser en deux et d'en jeter les deux morceaux dans les eaux tumultueuses du Lac.

    Bien que persuadé de ce que j'ai vu ensuite, j'ai encore du mal à admettre que mon esprit ne m'a pas joué un mauvais tour. Des eaux est sortie et apparue une femme aux cheveux longs et semblables à de larges algues vertes. Elle se tenait face à Ared. C'est lorsque cette femme se maintînt à quelques mètres au dessus de l'eau, que je compris qu'elle n'était pas en train de léviter, mais que le haut de ses jambes se divisaient et se finissaient en tentacules de plusieurs mètres de long, lui permettant de tenir en équilibre au dessus des flots.

    Elle lança l'une de ses tentacules en direction d'Ared et l'agrippa fermement, avant de le ramener juste en face d'elle. Je ne sais quels mots ils ont pu brièvement échanger et, juste après, je vis seulement la femme-pieuvre et Ared s'enfoncer sous la surface du Lac.

    Aussitôt, le ciel se dégagea, la tempête s'apaisa, les vagues redevinrent de simples vaguelettes, nous permettant de réparer notre voile et de reprendre notre longue route vers Sévona.

    Cette histoire rapportée par le Capitaine Tamlonas en l'An 18 lui a valu de nombreuses moqueries dans les tavernes des ports ambriens, alors même que les marins zareks l'écoutaient avec attention. Aujourd'hui à la retraite, le Capitaine Tamlonas dirigerait un culte glorifiant tout à la fois Evadna et le Marin, dont la chapelle située dans la zone portuaire de Sévona est fréquentée par un nombre grandissant de marins barbares et ambriens.

    Dans la mythologie du clan Zarek, Evadna était au départ une humaine née dans une famille de pêcheurs, peu après la chute de Symbar. Pour échapper au chaos ambiant, les familles de son village décidèrent de fuir à bord d'embarcations à travers le Lac Volgoma, jusqu'à ses rives occidentales, qu'ils espéraient plus clémentes.

    Au bout de quelques jours, l'eau douce commençait à manquer et les familles décidèrent de faire une halte sur l'île qu'elles venaient d'apercevoir. L'île n'était pas très large et ne disposait pas de source d'eau douce. Malgré tout, les familles décidèrent d'y établir un camp pour la nuit, avant de rependre leur route.

    Lorsqu'un feu fut enfin allumé, le sol de l'île se mit à gronder, puis à s'enfoncer doucement dans l'eau. Evadna se mit aussitôt à chanter et sa voix sembla ralentir l'effondrement de l'île.

    Cette île n'en était pas une, mais le dos d'une bête aquatique primordiale du nom de Hafgufa. Dérangé par les pas des humains sur son dos, la gigantesque bête commença à s'enfoncer dans l'eau. Mais par son chant, Evadna réussit à attendrir la bête et ralentir sa tentative de plongée, le temps pour son peuple de réembarquer avec hâte sur leurs embarcations. Au moment d'embarquer à son tour, une immense tentacule vint enserrer Evadna à la taille et elle et Hafgufa disparurent sous les flots. Depuis, Evadna est vénérée comme une déesse par la plupart des marins et des pêcheurs zareks, en remerciement pour son sacrifice, qui sauva la vie à leurs ancêtres.

    Acceptant son sort, Evadna reçut de son ravisseur le don de vivre sous l'eau, ainsi que ses nouveaux pouvoirs. Depuis ce temps, nul n'a plus revu Hafgufa en surface, mais nombre de Zareks prétendent avoir aperçu Evadna se déplaçant au dessus des flots, lors de voyages au centre du lac.

     

    Le Malstrom d'Hafgufa

    Il existerait au centre du Lac Volgoma un phénomène aquatique particulier. Ce phénomène est un tourbillon, dont les remous et la force du courant sont capables de faire sombrer n'importe quel navire pris dans ce courant. Selon une légende zarek, ce tourbillon aurait été créé par Hafgufa lorsqu'il captura Evadna et mènerait directement à son Palais aquatique.

    L'existence de ce malstrom est avéré par les marins barbares, qui prennent soin d'éviter cette zone. Apercevoir le malstrom au loin demande de réussir un Test de Vigilance, avec un bonus de +5 pour un personnage situé en haut de la vigie du bateau. Vous pouvez également décider que la réussite d'un Test de Volonté est possible pour un Adorateur du Marin, l'un des Innombrables Jeunes Dieux du panthéon d'Albérétor.

    Apercevoir le malstrom permet au Capitaine de l'embarcation d'anticiper et de hurler ses ordres, afin de prendre un autre cap au plus vite et de réussir à s'en éloigner, avant d'être inéluctablement entraîné en son centre. Cette action demande à réussir un Test d'Astuce.

    En cas d'échec, vous pouvez adapter les règles de Fuite & Poursuite (Guide du Joueur, p102), en demandant, par exemple, une série de tests sur trois Attributs différents :

    • Persuasion ou Astuce : à l'intention du Capitaine, pour maintenir la cohésion de l'équipage ou le cap.
    • Agilité : à l'intention d'un Marin, pour hisser les voiles, manœuvrer à la rame, etc.
    • Force : à l'intention du Barreur ou d'un Marin pour tirer sur un bout, maintenir une voile tendue, etc.

     

    Zina Okkazak, Sorcière des Îles du Nord

    Le clan Odaïova dispose de légendes à propos de la Femme aux Huit Pattes. Si beaucoup sont convaincus, que cette créature a véritablement exister, il ne s'agit pas pour eux d'une divinité, mais d'une Sorcière.

    Répondant au nom de Zina Okkazak, cette Sorcière habiterait sur l'une des myriades d'îles, qui s'étalent sur la partie septentrionale du Lac. Ils la considèrent comme la Gardienne de la Sérénité du Lac, à l'instar de la Huldra pour la Forêt de Davokar. Les Odavs ont pris l'habitude de ne pas trop s'aventurer dans ce coin dangereux et reculé du Lac.

     

    Nouvelle Créature : Zina Okkazak 

    Caractéristiques de la Femme-Poulpe

    Quelque soit l'origine que vous choisirez pour cette créature, divine, humaine ou représentante d'une nouvelle espèce non encore rencontrée par les Ambriens, Zina Okkazak est une créature possédant une Résistance Légendaire, qui devra leur donner du fil à retordre, s'ils se retrouvaient à l'affronter.

    Je n'ai personnellement pas encore trancher sur l'origine de cette Créature. Ses pouvoirs peuvent lui venir d'un Artefact, comme proposé dans l'Annexe, mais vous pouvez également lui attribuer de véritables Pouvoirs mystiques, issus ou inspirés de la Tradition de la Sorcellerie et adaptés à l'élément aquatique.

    La créature proposée possède 600 points d'Expérience ; une créature Légendaire en possède normalement le double : il vous reste de la marge pour booster cette créature, en fonction de l'Expérience de votre groupe de PJ.


    Manières                  Sûre d'elle et de sa puissance 

    Race                         Marlyng (Créature Civilisée) 

    Résistance               Colossale

    Traits____________Amphibien, Arme Naturelle (II), Étreinte Écrasante (III), Preste, Tête Multiples (III)

    Attributs                   Agilité 16 (-6), Astuce 10 (0), Discrétion 9 (+1), Force 15 (-5),

                                      Persuasion 10 (0), Précision 5 (+5), Vigilance 7 (+3), Volonté 13 (-3) 

    Talents___________Acrobatie (M), Agilité Exceptionnelle (M), Berserker (M),  Inébranlable (M), Malédiction _________________(M), Poigne de Fer (A), Ritualiste (N - Choc Climatique) Sixième Sens (M), Volonté _________________Exceptionnelle (A),

    Armes                       Tentacules 6/9 (Berserker)

    Armure                     0/2 (Berserker) 

    Défense                    -6

    Endurance               15 (par tentacule)                             Seuil de Blessure                  8 

    Équipement             Bracelet de la Vouivre

    Ombre                      Bleue comme les eaux du Volgoma, tachetée de points noirs épars (Corruption : 1) 

    Tactique                   Lorsqu'elle  est  attaqué  par l'équipage  d'un navire, elle  utilise tout  d'abord son pouvoir

    de Malédiction  sur le capitaine ou  le timonier, afin  de désorganiser les manœuvres de l'équipage.  Elle utilise  ses  tentacules,  tout à la fois  pour  se  protéger  des  attaques  à distance et  pour frapper et  attraper les membres d'équipage, qu'elle envoie à la baille pour ne les relâcher qu'une fois noyés.  Si  la résistance lui  apparait  trop élevée,  elle n'hésitera pas à fuir sous les flots, afin de mieux préparer une nouvelle attaque un peu plus tard.


    Annexes

    Nouvel Artefact

    Nouvelle Créature : Zina OkkazakBracelet de la Vouivre

    Zina Okkazak porte un bijou mystique autour de son bras gauche. Liée à lui, elle ne peut l'utiliser qu'en étant en contact direct avec une grande étendue d'eau (lac, rivière ou mer).

    Appel des Profondeurs : Ce pouvoir permet à son porteur de faire venir à lui jusqu'à 1D4 Bêtes aquatiques de Résistance Éprouvante ou 1D8 Bêtes aquatiques de Résistance Ordinaire.

    Seuls des Bêtes disposant du Trait Monstrueux Amphibien peuvent être appelées grâce à ce pouvoir. 

    Les Bêtes combattront au côté du personnage lié jusqu'à la fin du combat, mais prendront la fuite si leur Seuil de Blessure est atteint au cours d'une passe d'armes.

    Corruption : 1D6

    Action : Active

     

    Lame de Fond : Ce pouvoir permet de créer une lame de fond se transformant en une immense vague de plusieurs mètres de haut, capable d'engloutir un navire ou de submerger une digue ou une muraille portuaire.

    Le porteur du Bracelet doit réussir un Test de Volonté, afin de créer une vague, qui se dirigera au tour suivant en direction de sa cible (Vitesse : 40m/Tour).

    La vague ainsi créée dispose de la Qualité Destructeur (cf. Guide du Joueur p118) et inflige 1D12 Dégâts, qu ignorent la valeur de Fortification de la cible.

    Corruption : 1D4

    Action : Active

     

    Nouvel Atout

    Nouvelle Créature : Zina OkkazakMarin

    Sur le pont ou sur la vigie, dans les voiles ou dans les soutes, le personnage est comme un poisson dans l'eau sur un bateau. Non seulement il ne craint pas le mauvais grain ou le mal de mer, mais de plus il connait les trucs et techniques des marins, comme savoir faire des nœuds, maintenir un cap, ramer, hisser des voiles, réparer une voie d'eau dans l'urgence, se repérer aux étoiles, lire une carte, utiliser sabliers, corde à nœuds et boussole, etc.

    Pour toutes les actions concernant la bonne marche d'un navire, le personnage bénéficie d'une seconde chance de réussir ses jets liés à la navigation, quelque soit l'Attribut demandé pour réussir l'action.

     


    Illustration principale : Evadne de Edward Scott

    Autre illustration : Détail du Port d'Yndaros de Martin Grip  (Livre de Base, p57)

     

    « Magnus Erlandsson : The New WorldPet Codex »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :